Le 23 Octobre 2002 J’ai Perdu La Foi

« Le 23 Octobre 2002, J’ai Perdu La Foi » 2e Etape au Carreau du Temple

La création du spectacle s’est étoffé à l’occasion du festival préliminaires le 1er juin 2015 au carreau du temple.

Un homme assiste devant sa télévision à une prise d’otage dans un théâtre, pendant le deuxième acte d’une comédie musicale à succès. Il se souvient et se confronte alors à ses angoisses et ses échecs passés, à travers « Lost Faith », le groupe de rock de sa vie.

 

23 OCTOBREFin j'ai perdu la foi

https://soundcloud.com/mrdickinson/23-octobre-2002

Texte : Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre, Mise en Scène : Yohan Manca, Scénographie : Jeanne Boujenah, Composition Musique : Pierre Marie Braye-Weppe, Lumière et création sonore  : Jimmy Boury, Interprétation : Chant 1 : Etienne Baret, Chant 2 : Heidi Eva Clavier, Julia : Marie Petiot, Mlle Poteau : Florence Fauquet, Patrice : Stéphane Ramirez, Le jeune homme dévoilé : Jean Baptiste Tur
Production : Compagnie EXIL65

Le Grand Vivant – Création Lumière et Sonore

augurart_grandvivant (2)

PLATEAU

Texte écrit par Patrick Autréaux dans le cadre d’une résidence à la Chartreuse (CNES à Villeneuve-lez-Avignon), ce poème théâtral dansé a été créé lors du festival Hors-Limites de Seine-Saint-Denis le 31 mars 2015 dans une mise en scène de Thierry Thieû Niang avec le comédien Vincent Dissez et à la création lumière et sonore Jimmy Boury.

Il sera présenté dans le cadre du festival d’Avignon du 20 au 23 juillet 2015 à la Chartreuse (Villeneuve-lès-Avignon).

Le spectacle a déjà été présenté à L’espace 1789 de St Ouen, au Marathon des Mots à toulouse et arrivera au CCN du Havre en Janvier 2016.

Un cyclone arrive sur la ville.

Calfeutré chez lui, le narrateur regarde par la fenêtre le vent, la pluie malmener les maisons et les arbres. Soudain, il se rend compte que le vieil orme devant chez lui, auquel il se confie depuis longtemps, est menacé. Commence une plongée intérieure. Portés par la poésie sonore, la voix et le mouvement se rencontrent, comédien et danseur, pour nous mener vers un espace ouvert à l’incertitude, à la terreur, nous mener au bord du vertige vers un recommencement.